Keeping people safe & well

United Way 2007 Community Builder Award for NCLB

 

EPIC Award 2007

Guide de mise en œuvre

pour Aucune communauté laissée de côté
Processus de développement de stratégie

Table des matières

 

 

Évaluation du quartier

Aperçu
Une fois qu’un quartier a été désigné pour bénéficier du processus Aucune communauté laissée de côté, l’information recueillie peut être utilisée pour l’évaluation plus approfondie du lieu.  Une évaluation de quartier est au cœur de la procédure de planification pour développer une stratégie NCLB locale. 
Les étapes requises dans le processus d’une évaluation vous permettent non seulement d’évaluer les ressources qui existent dans la communauté (par exemple : bâtiments et programmes), mais fournissent également un forum idéal pour accroitre l’engagement des membres de la communauté, à travers la sollicitation de leur idées, inquiétudes et priorités concernant leur vision de la communauté. Plus important, l’information présente devient un point de référence pour mesurer les progrès futurs, à travers des évaluations et révisions régulières.

Vision
Après avoir sélectionné le quartier pour le processus du NCLB, le comité directeur supervise la mise en œuvre d’une évaluation détaillée de la communauté.  L’évaluation d’une communauté se concentre sur l’identification à la fois de ses biens et besoins.  Les exemples de biens communautaires varient des organisations communautaires solides dirigées par les résidents aux logements de qualité en passant par l’environnement physique et social d’ensemble.

D’autres biens incluent des programmes de services sociaux solides, une communauté active de petites et moyennes entreprises et de fournisseurs de services fournissant une variété de services.  Un bien peut être n’importe quelle ressource qui est en train ou qui a le potentiel d’exercer un impact positif sur la communauté. Une évaluation de quartier, impliquant les membres de la communauté et d’autres personnes intéressées qui pourraient n’avoir pas travaillé ensemble avant, fournit un outil solide d’établissement de pont.  

Si les données sur les problèmes affectant le lieu étaient recueillies des services de recensement ou d’autres sources, les résultats pourraient suggérer qu’aucune ressource viable n’existe dans la communauté.  Dans toutes les communautés, il y a des membres de la communauté qui sont bien informés sur une serie de questions, incluant l’histoire du quartier, les programmes ou stratégies antérieurs qui ont été exécutés et des inquiétudes qui ont été exprimées par les membres de la communauté.

Ces personnes sont vues souvent comme les dirigeants communautaires, quoiqu’il se peuve qu’elles ne soient pas dirigeants d’organisations officielles. Toutes les communautés ont un bien qui a besoin d’être reconnu et pris en compte dans le développement d’un plan pour le changement.  Quoique la quantité de biens dans un lieu en détresse puisse être moindre que celle d’autres lieux, ces biens existent.  Il est important de les identifier avant la planification d’une stratégie locale. Seuls les membres de la communauté, et non les listes officielles ou rapports, sont susceptibles de reconnaître certains de ces biens fonctionnels. 

Une évaluation systématique de la communauté implique la cueillette et l’analyse d’information concernant une vaste gamme de caractéristiques du quartier, des problèmes et des ressources. Ce n’est pas limité à la révision des activités criminelles; plutôt, elle considère certaines des causes profondes de la mauvaise santé, de la criminalité et les ressources locales qui peuvent être mobilisées pour les combattre.

En plus, une évaluation d’une communauté se concentre sur toutes les ressources qui existent dans le quartier —  ressources dont certaines sont souvent prises pour acquises. Par exemple, la majorité des quartiers ont des membres de tous âges. Beaucoup des aînés pourraient avoir vécu dans la communauté pendant de nombreuses années et être bien connus partout dans la communauté; cette catégorie d’aînés connaît l’histoire du quartier et peut contribuer avec des idées et introspections intéressantes; Ils sont un capital important qu’on ne peu pas négliger, particulièrement au fur et à mesure que le processus évolue vers le développement des buts pour les différents composants principaux du processus NCLB.

Une évaluation communautaire détaillée est très critique dans l’évaluation du processus NCLB.  Elle fournit une ligne de base d’information — une description de la communauté et ses défis sociaux, économiques, physique et au plan des services avant le processus Aucune communauté laissée de côté.  Même si ce n’est pas toujours possible de prouver que les changements sont le résultat direct du processus Aucune communauté laissée de côté, la documentation précise des conditions du quartier au commencement est essentielle pour mesurer le changement plus tard.

L’un des défis dans la mise sur pied d’un nouveau site NCLB est le temps requis pour procéder à une évaluation approfondie de la communauté.  Les étapes suggérées dans les points suivants sont requises pour procéder à une évaluation approfondie d’une communauté.

Processus de mise en œuvre

Étape  1:  Montage de l’équipe d’évaluation
Une équipe d’évaluation est formée après avoir pris les données des études de quartier de l’université d’Ottawa et déterminé si toute autre évaluation a été faite dans le passée et jusqu'à quel point. 

Une stratégie efficace pour mener cette étape est d’étudier l’information disponible et se préparer à la mettre à profit. Il faut impliquer les membres de la communauté, autant les jeunes que les vieux, dans le processus de collection des données.  

Ce mélange de membres d’équipe assure la diversité de l’information recueillie.  C’est la première fois également que beaucoup de membres de la communauté sont engagés dans un processus qui fait cherche à faire appel à leurs idées et inquiétudes pour les inclure dans la construction d’une communauté forte, sans dangers, et viable. Ce niveau de participation sert de fondation au processus NCLB au fur et à mesure que le plan d’ensemble se développe en collaboration avec la communauté.

Une distinction entre l’équipe et le comité directeur est fait pour de bonnes raisons.  La raison d’être d’une équipe d’évaluation est de collecter et analyser les données du quartier.  Cette information est soumise aux comité directeur pour développer la stratégie locale avec l’assistance entière du CHRC. Après l’accomplissement de la tâche d’évaluation, on a plus besoin de l’équipe d’évaluation.
.
Une stratégie efficace est de convoquer les réunions communautaires pour présenter officiellement le concept du NCLB et de fournir une vue d’ensemble quant à l’importance de procéder à une évaluation de la communauté. Pendant ces sessions, des questionnaires d’enquête peuvent être distribués et l’inventaire des ressources peut être préparé.  Pour ceux qui ne parlent pas l’anglais, les questions d’enquête sont distribuées dans deux langues ou plus pour assurer une participation maximale.  L’inventaire des ressources peut être développé de deux manières, fournies ci-dessous, pour assurer une compréhension limpide.

Il est important pour les membres de la communauté que l’évaluation communautaire soit une opportunité pour eux d’offrir leurs idées, inquiétudes et recommandations pour la communauté. Au fur et à mesure que les membres de la communauté reconnaissent que la stratégie Aucune communauté laissée de côté est une démarche inclusive, ils sont plus ouverts à partager leurs idées et à contribuer au processus d’ensemble.

Étape  2:                Sources et types d’information
Les données sont recueillies des premières sources et des sources secondaires.  Celles de premières sources impliquent typiquement l’information recueillie dans les rencontres individuelles, groupe de discussion, les enquêtes et les forums. Celles de sources secondaires incluent l’information qui a été déjà publiée d’une manière ou d’une autre, telles que les rapports, les études et l’information des services de recensement. La plupart des informations utilisées pour sélectionner un site viennent de données de sources secondaires.  Par conséquent, il est nécessaire de l’équilibrer autant que possible avec l’information locale de premières sources.

Étape  3:                Prise de l’inventaire d’un quartier
La compréhension des caractéristiques du quartier est nécessaire pour fournir une idée de la communauté incluant les qualités et les éléments uniques qui distinguent le quartier désigné des autres dans la ville.
La liste de vérification fournie dans cette étape peut être utile dans l’identification des caractéristiques uniques du quartier.  Il sert de tremplin pour poser les questions et, plus important, dans la production des réponses solide et de l’information.

La liste de vérification contient plusieurs chevauchements de catégories et fournit une base pour les réponses aux questions.  Ces caractéristiques ont besoin d’être examinés d’une perspective positive.

Chacune des caractéristiques suivantes est considérée comme un bien potentiel dont on peut profiter.

Personnes
_ Familles (nombre, taille),
_ Enfants (intervalles d’âges),
_ Aînés (nombres, âges, besoins),
_ Personnes célibataires (nombre),
_ Personnes sans abris (s’il y en a),
_ Groupes ethniques,
_ Formation des sexes.
- Logement
_ Résidences (divisions),
_ Maisons unifamiliales,
_ Appartements,
_ Logement public (nombre et condition du),
_ Occupation des chambres simples.

Institutions et organisations
_ Institutions religieuses,
_ Institutions financières,
_ Institutions de soins de santé,
_ Hôpitaux,
_ Centres médicaux,
_ Cliniques professionnelles,
_ Organisations professionnelles,
_ Chambres de commerce,
_ associations commerciales.

Entreprises
_ Micro entreprises,
_ à domicile,
_ petites,
_ moyennes,
_ Service,
_ détail,
_ vente en gros,
_ Industrie légère,
_ Industrie lourde,
_ Industrielle.

Installation publiques
_ Écoles
_ Hôpitaux
_ Bibliothèque
_ Parc,
_ Centres de recréation
_ Postes de police
_ Services sociaux
_ Autres bureaux municipaux

En observant les caractéristiques ci-dessus, l’information recueillie répond aux questions suivantes :

  • Que savons-nous de chaque groupe de population?
  • Combien existent dans le quartier?
  • Qu’offrent les institutions, les entreprises, les organisations et installations publiques à la communauté?
  • Qu’est-ce qui manque?
  • Quelles sont les écarts?
  • Quels types d’activités, de programmes peuvent être introduits pour combler les écarts identifiés?

La plupart de l’information dont on a besoin pour aborder les questions ci-dessus peut être obtenue à travers les données de sources secondaires et des discussions directes avec la communauté et les agences partenaires. Après avoir fait l’inventaire des caractéristiques variées et les ressources, c’est le temps d’évaluer les installations et les ressources souples qui sont souvent trouvées dans une communauté et qui peuvent servir à faciliter la mise en œuvre des stratégies NCLB.

Ces ressources incluent à la fois les ressources des secteurs public et privé.  L’objectif est de vérifier la quantité de ces ressources et jusqu’à quel point les membres de la communauté en bénéficient.  Alors que la première section peut être soutenue par des données de sources secondaires, la série de questions suivantes est à la fois quantitative et qualitative.

Après avoir recueillie l’information sur le nombre d’installations et de ressource qui existent dans le lieu (en utilisant la liste de vérification comme un guide), il est temps de découvrir comment les membres de la communauté perçoivent ces ressources.  Par exemple, quoiqu’un édifice soit localisé dans la communauté, si les membres de la communauté ne trouvent pas que les services offerts dans ce lieu sont utiles ou accessibles, alors c’est identifié seulement comme une ressource potentielle.  Ça existe mais ce n’est pas en train d’être utilisé entièrement.

Pour recueillir cette information, la mise sur pied de groupe de discussion pourrait être une bonne idée, tant qu’ils sont programmés à un moment où les membres de la communauté ont le temps d’y participer.  Cela pourrait requérir la tenue de plusieurs sessions à des moments variés de la journée et inclure les fins de semaines.

Le questionnaire de l’enquête communautaire a besoin d’être court et simple. Ce qui ressemble à une ressource utiles pourrait ne pas être perçu de cette manière par les membres de la communauté. Nous pourrions trouver aussi que d’autres ressources existent mais qu’elles ne sont pas identifiées à travers les examens sommaires déjà faits.  Ci-dessous se trouvent les catégories générales de ressources ainsi que les questions à poser aux membres de la communauté.  Ces catégories peuvent être peaufinées et mis à jour au fur et à mesure que le processus avance.  Les personnes qui recueillent les données ont le pouvoir discrétionnaire de déterminer ce qui est approprié pour l’évaluation du quartier.

Les ressources et les installations du secteur public :
Les ressources du secteur public servent toutes les communautés dans chaque ville.  L’ampleur de ces services dans un quartier peut avoir un impact significatif sur la vie des membres de la communauté.  Ci-dessous sont les ressources clés et les questions à prendre en compte concernant l’impact de ces ressources sur le quartier sélectionné.

Les moyens de transport. La question critique est quel(s) type(s) de moyens de transport public(s) existent dans le cas spécifique du quartier en question. La plupart des communautés stressées se trouve dans l’environnement urbain, et le transport public est accessible.  Malgré la disponibilité, il y a des limites à la sécurité ou des inquiétudes à propos de la sécurité de ces systèmes pourraient exister. Toutefois, les questions suivantes à propos des moyens de transport publics sont importantes :

  • Comment la plupart des membres de la communauté se déplacent-ils?
  • Quels modes de transports publics sont disponibles aux membres de la communauté?
  • Est-ce que les routes et les programmes quotidiens conviennent aux membres de la communauté?
  • Les services sont-ils considérés sécuritaires/sans dangers?
  • Est-ce que le quartier choisi est accessible facilement aux autres parties de la ville?
  • Est-ce que les trafiquants de drogue y entrent et en sortent facilement?
  • Les trafiquants de drogue vivent-ils dans la communauté?
  • Est-ce qu’une autoroute élimine effectivement la plupart des manières d’accéder au quartier?
  • Y a-t-il des plans d’expansion ou d’amélioration du système de transport actuel?
  • Est-ce qu’il y a des problèmes de sécurité routière?

Sécurité publique, services des pompiers et services sociaux
L’un des éléments clés du processus NCLB est l’implication des officiels des services de sécurité publique. La plupart des communautés ont un poste de police ou un poste de police communautaire.  En plus, les bureaux des autres services de la ville peuvent être ouverts dans les communautés pour accroitre son accessibilité.

  • Quels sont les services municipaux qui sont offerts à partir des points dans la communauté?
  • Ces installations offrent-elles des services de relations communautaires dans la communauté?
  • Y a-t-il des plans de mise à jour ou d’expansion des installations présentes?
  • Les édifices sont-ils en train d’être utilisés pour les activités autres que celles prévues par la ville?

Les compétences en emploi et les ressources
Le pourcentage des membres de la communauté qui sont employés et de ceux qui ne le sont pas et les compétences que les deux groupes possèdent pouvant être vues comme des ressources sous utilisées ou non utilisées doivent être prises en compte également.  La connaissance de la base des compétences de la communauté désignée est critique dans la détermination de l’existence ou non d’autres stratégies alternatives de restauration dans le quartier. Les informations suivantes sont également utiles:

  • Quels types d’entreprises opèrent actuellement dans le quartier?
  • Emploient-elles des gens de la communauté?
  • Quel est le degré d’implication des propriétaires dans les activités communautaires?
  • Quel est le pourcentage des jeunes et des vieux qui sont sans emplois?
  • Quelles ressources existent pour accroitre les compétences des membres de la communauté?
  • Quel est le niveau d’éducation et de compétence des membres de la communauté?
  • Quelles sont les opportunités d’emplois légitimes/légaux qui existent pour les adolescents?
  • Les grandes corporations existent-elles à côté ou dans la communauté?
  • Quels types de main-d’œuvre qualifiée veulent ces grandes entreprises??
  • Y a-t-il des programmes d’emploi qui existent dans le quartier et qui aident les membres de la communauté dans leur quête d’emploi?

Les institutions servant la communauté
Les institutions publiques et privées jouent un rôle vital dans toutes les communautés. Même si plusieurs institutions pourraient être identifiées dans la communauté à travers le parcours rapide des données de sources secondaires, et que ses institutions pourraient posséder des installations qui peuvent être utilisées par les membres de la communauté, il est important de comprendre comment les membres de la communauté perçoivent ces ressources et si elles sont considérées accessibles.  Beaucoup de questions peuvent être posées :

  • Quelles écoles servent le quartier?
  • Quelle est leur condition physique?
  • Quel pourcentage d’étudiants finissent les études secondaires et vont à/au l’université/collège?
  • Quels services et programmes spéciaux sont-ils disponibles aux étudiants pendant et après l’école?
  • Jusqu'à quel niveau les écoles sont-elles impliquées dans l’éducation sur la drogue et sa prévention et dans l’éducation des adultes?
  • Les écoles sont-elles accessibles aux organisations communautaires après les heures d’écoles?
  • Comment est-ce que les collèges et universités locaux sont impliqués dans la communauté désignée?
  • Est-ce que les institutions religieuses offrent des programmes et services aux membres de la communauté dans la communauté?

Les ressources de soins de santé et récréatives
La bonne santé de la communauté commence avec celle de ses membres. Où les hôpitaux et les autres services reliés à la santé étaient considérés comme séparés de la communauté, ces institutions se rendent compte maintenant qu’elles sont les points d’ancrages des communautés. En plus, une corrélation existe souvent entre le niveau des ressources récréatives dans une communauté et le niveau des activités criminelles des jeunes.  Les communautés qui n’ont pas de partenaires en santé ou en activités récréatives peuvent montrer des signes de stress.  Les informations suivantes permettent d’avoir une vue d’ensemble de la situation d’un quartier donné.

  • Les services de soins de santé existent-ils dans le quartier?
  • Si oui, quels types d’installations sont disponibles – hôpital, clinique, et centre de santé communautaire?
  • Les soins de santé mentale sont-ils disponibles?
  • Les services de dépistage du VIH sont-ils offerts?
  • Quels types de programmes post-scolaires existent-ils dans la communauté?
  • Le département des parcs et recréations de la ville est-il impliqué dans le quartier?
  • Est-ce que le quartier à des parcs et installations récréatives?
  • Est-ce que les organisations à base communautaires sont impliquées dans les activités des préventions de la drogue ou des gangs?

Criminalité
Malgré le fait que les autres types de données ou d’information recueillies jusqu'à maintenant ont besoin d’être considérés comme des biens ou ressources qui peuvent affecter positivement la communauté, la documentation des types de crimes qui se commettent sur les lieux est tout aussi importante.  Cette information est utile, au moment où le CHRC se prépare pour développer une fiche de crime et de biens pour une analyse plus détaillée et le développement de stratégie en consultation étroite avec le comité directeur.  SPO détient en gros l’information relative aux activités criminelles. De fait, les appels de secours à la police fournissent une idée rapide du règne de l’ordre ou du désordre dans un quartier malgré le fait que la peur de rapporter les crimes peut résulter en la peinture d’une fausse image.  Ci-dessous, voyons quelques-unes des questions qu’il faut avoir à l’esprit :

  • Qu’est-ce qui parait être le plus grand crime commis dans le lieu?
  • Les appels à la police reflètent-ils une grande fréquence de violence ou un niveau élevé de victimisation d’un groupe particulier?
  • La police est-elle appelée fréquemment pour résoudre des disputes?
  • Si les citoyens n’appellent pas la police, quelle en est la raison?
  • Ont-ils peur ou sont-ils méfiants de la police?
  • Y a-t-il eu une hausse dans un type particulier de crime?
  • Y a-t-il eu quel que changement dans les âges, races, ou sexes des individus qui commettent ces crimes?
  • Les membres de la communauté ont-ils peur de marcher dans les rues la nuit dans la communauté?
  • Qui est au dehors les nuits et à quels types d’activités s’adonnent-ils?
  • Jusqu'à quel point les enfants et les adolescents font-ils parties des problèmes de drogues et de crimes?
  • Les gangs sont-ils présents dans l’endroit cible?
  • Les gangs sont-ils impliqués dans la drogue et les crimes violents?

Étape  4:   Développement d’un plan d’inventaire des biens
L’information recueillie peut être incorporée dans le plan d’inventaire des biens qui permettra à la communauté de localiser géographiquement les limites d’un quartier et d’en schématiser les ressources et les menaces.  Les résultats incluent l’identification des points de conflits actuels ou potentiels, les opportunités de développement d’entreprises, les lieux potentiels de réunions, et les édifices importants tels que les écoles, les hôpitaux, les organismes de services sociaux et de développement de logement public.  En plus, il y a aussi l’information concernant les individus qui résident dans la communauté.  Mises ensemble, ces informations aident à répondre aux questions suivantes, de la perspective du membre de la communauté :

  • Que savons-nous sur notre propre personne en tant que membre de la communauté ?
  • Que savons-nous des édifices qui se trouvent dans notre communauté ?
  • Que savons-nous de la quantité de ressources qui est investie dans notre communauté ?
  • Que savons-nous des points de conflits dans notre communauté ?
  • Que savons-nous des personnes intéressées/partenaires dans notre communauté?
  • Qu’est-ce qui manque mais dont on a besoin dans notre communauté ?
  • Que savons-nous être nos points forts clés en tant que communauté?
  • Que savons-nous être des menaces/faiblesses clées en tant que communauté?
  • Que savons-nous des organisations qui servent notre communauté?

Quand les réponses aux questions sur les menaces et les biens sont incorporées dans l’inventaire, toutes les personnes intéressées ont une meilleure idée des écarts et des opportunités clées. Typiquement, ces écarts vont être comblés avec les ressources additionnelles qui seront identifiées en même temps que les opportunités seront en train d’être exploitées; ces deux activités auront lieu au fur et à mesure que la stratégie Aucune communauté laissée de côté avancera. 

Étape 5:   Identification des ressources
Quand le niveau d’écarts dans les ressources est identifié, l’équipe d’évaluation cherche à savoir quelles autres ressources existantes peuvent être envoyées dans la communauté et quelles nouvelles l’on développera.  Pour accomplir cela, le comité directeur et le CHRC en charge de la mise en œuvre

  • Déterminent le type et le niveau des ressources potentielles;
  • Intègrent le désir de la communauté de développer de nouvelles ressources;
  • Définissent les ressources en des termes spécifiques;
  • Déterminent quand est-ce qu’on aura besoin des ressources;
  • Déterminent quels objectifs les ressources sont supposées atteindre.

La première étape dans l’identification des ressources existantes c’est le développement d’un inventaire de tous les fournisseurs de ressources et l’identification des types et de la quantité de ressources disponibles. La liste des fournisseurs commence avec le nom des organismes et organisations représentés sur le comité directeur.  Les organismes qui se retrouvent sur la liste servent déjà la communauté et incluent à la fois les services de maintien d’ordre et les services sociaux.

Certaines des organisations peuvent n’avoir pas été incluses lors de l’inventaire initial des ressources du quartier.  Même si elles ne se trouvent pas physiquement dans le quartier, elles peuvent toujours servir les membres de la communauté. Le comité confirme si de telles ressources existent ou pas dans la ville et alors détermine si elles servent le quartier désigné.  Si oui, elles sont catégorisées comme des ressources existantes.

Une fois que le comité identifie les ressources présentes, il détermine le potentiel de don de ressources additionnelles chez les  fournisseurs.  Les ressources additionnelles pourraient être trouvées à travers de nouvelles répartitions et plus d’efficacité dans l’utilisation des existantes ou de nouvelles ressources. Les membres du comité directeur sont encouragés à utiliser leurs réseaux de collègues pour savoir si les organisations mises sur la liste sont intéressées, disponibles et disposées à fournir des services et ressources additionnels au quartier.

L’objectif est d’aider à identifier et à amener de nouvelles ressources à la table de discussion afin de mener l’action NCLB.  La création d’un groupe de travail peut aider dans ce sens.  Dans une perspective de prévention, les organisations de partout dans la ville pourraient penser à établir un bureau dans le quartier. 

À ce stade dans le processus, il n’y a pas suffisamment d’information disponible pour déterminer comment utiliser les nouvelles ressources.  Plutôt, le comité directeur et l’organisation en charge de la mise en œuvre sont en train de jauger le niveau général de ressources additionnelles dont on aura besoin.  Toutes les ressources potentielles sont mises ensemble pour déterminer celles qui sont les plus importantes du point de vue des besons du quartier.  Les ressources sont mieux effectives quand elles sont utilisées en tant que levier pour améliorer les plans communautaires existants.  Le comité directeur pourrait penser à une réunion avec les membres de la communauté afin qu’ils établissent leur propre programme des ressources dont ils ont besoin ou habiliter les agents de police à travailler avec les membres de la communauté pour en développer la liste. Ces réunions pourraient résulter en modifications du plan du CHRC et des présomptions du comité directeur en ce qui concerne l’utilisation des ressources.

Étape  6:  L’Inventaire des ressources
À ce stade, un graphique représentant toutes les ressources qui ont été identifiées est développé.  (Voir appendice 1 et 2 à la fin).  Quoique toutes les organisations identifiées tant dans le privé que dans le public n’aient pas des représentants sur le comité directeur, plusieurs organisations sont disposées à donner une certaine quantité de ressource pour soutenir une stratégie communautaire. Cette combinaison des organisations et des ressources données peuvent être utilisées pour générer des ressources additionnelles.

Cet inventaire est utile quand on cherche un soutien financier des institutions financières sur place, des propriétaires d’entreprises privées ou des fondations étant donné qu’ils veulent toujours savoir la pourcentage des ressources disponibles et quel écart il leur reste à combler pour les besoins d’ensemble de la stratégie. 

Basé sur les écarts identifiés, il est utile de développer un graphique pour montrer aux organisations quels écarts existent dans les services ou les ressources et comment la participation respective de chacune des organisations est supposée contribuer à combler ces écarts.  C’est plus facile de gagner leur soutien quand les organisations identifiées voient leurs rôles à travers un plan d’allocation de ressources bien détaillé.

Hypothèses principales
Le concept de la collecte et de l’analyse des données pourrait être intimidant, mais c’est un apprentissage.  Ce dont on a besoin c’est l’estimation des capacités de l’équipe d’évaluation, la détermination de la personne de pointe de l’équipe, et l’établissement des dates réalistes de début et d’accomplissement du projet.

Toutes les personnes intéressées concernées ont besoin d’avoir une idée du temps que prendrait le processus.  Si cela prend trop de temps, ils peuvent être démotivés.  Dans sa tentative de compléter ce processus, l’équipe pourrait ne pas découvrir toutes les ressources. Cependant, de nouvelles ressources pourraient être trouvées et incluses tout au long de la mise en œuvre. 

Le processus continue à documenter les nouvelles ressources et à distribuer l’information aux comités compétents.  Les membres de la communauté peuvent être contactés pour distribuer et ramasser les questionnaires d’enquête.  Le niveau de progrès de l’évaluation est partagé avec les membres de la communauté pour leur laisser savoir les étapes qui ont été accomplies et celles qui sont en cours, afin de les aider à rester engagés dans ce processus important.

 

 

 

 

© 2005-15 South - East Ottawa Community Health Centre
Centre de Sante Communautaire du Sud Est D'Ottawa

Contact: Abid Jan Tel./ Tél: (613) 737-5115 Ext. 2403  Fax/Télé: (613) 739-8199

NCLB matters because neighbourhoods matter